Pourquoi ce blog ?

Ce blog, non subventionné par le Qatar, cependant pas moins niais qu'un autre, est destiné à promouvoir les idées républicaines mais aussi à évoquer l'aspect étrange de notre société et puis, enfin faire un peu de bruit autour de mes livres...

vendredi 23 septembre 2016

Pas morts les mandarins!

J’ai eu la malchance, au printemps dernier, de faire un séjour de quelques semaines dans un grand hôpital de la région parisienne. Oh certes les soins y sont d’une qualité exceptionnelle, le plateau technique ultramoderne et performant, l’hôtellerie sodexmachin bof. Non je voulais vous parler des grands professeurs, ceux qui ne passent qu’une fois par semaine, obligés de baisser la tête en passant les portes, tellement leurs têtes sont grosses. Ils entrent entourés de leur aréopage d’internes, d’externes, de cadres infirmiers, aides-soignantes et tout au fond, derrière tout ce petit monde, la femme de ménage qui passe la serpillère pour tous ceux qui bavent devant le PATRON. La morgue et la suffisance de ce personnage pour qui vous n’êtes que le cas de la chambre 321. Il commente pour l’équipe et devant vous, tous les symptômes dont vous souffrez et envisage les complications possibles. Ce qui me rassurait bien-sûr qu’à moitié ! Malheur à vous si vous osez poser une question ! Vous dérangez le dieu vivant ! Je vous garantis l’authenticité du dialogue :
-         Excusez-moi, docteur, je…
-          - On dit Monsieur le professeur, mais allez-y, que voulez-vous savoir ?
-          - Heu...je… enfin… c’est que…pour combien de temps en ais-je encore ?
-        - Monsieur - il jette un coup d’œil circulaire pour voir que tout son cénacle boit ses     paroles -  vous n’écoutez pas ce que l’on vous dit. – l’air excédé- Je vous ai dit, la semaine dernière, que ce serait long, très long, je ne vous ai pas parlé de jours, ni de semaines, mais de mois ! Il faut écouter quand on vous parle !...
Que devais-je faire ? Lui jeter mon pistolet plein d’urine à la figure ou fermer ma gueule, j’ai finalement opté pour la seconde solution et m’en veux encore. Ah les cons !...

11 commentaires:

  1. Il y aussi des exceptions, heureusement.

    RépondreSupprimer
  2. Même pour qualifier les mandarins ne jamais parler de morgue à l'hôpital !!

    RépondreSupprimer
  3. Petit souvenir hospitalier.
    Il y a deux ans, j'ai subi une biopsie de la prostate. Je plante le décor : moi, cul nu, face à une meute de spectateurs en blouses blanches, en extase devant les prouesses du "chef mécanicien" qui me faisait une révision complète de la culasse… tout ça, sans ouvrir le capot !
    Merci à la gentille aide-soignante qui m'a tenu la main durant toute la manœuvre et qui n'avait pas oublié que j'étais autre chose qu'un morceau de viande qu'on manipule !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai droit tous les ans à une exploration visuelle de la vessie. Cela consiste à me la faire prendre pour une lanterne. Encore une introduction par des voies dites naturelles...

      Supprimer
    2. ne pas oublier que le mandarin est aussi un canard originaire au plumage très coloré, à tête huppée, utilisé comme oiseau d'ornement !!

      Supprimer
    3. Avec injection d'une pipette d'anesthésiant dans le tuyau d'arrosage… putain, qu'est-ce que ça pique ! Et le boucher-charcutier affirmant que ça ne va pas faire mal… je voudrais t'y voir, mon salaud !!!!!
      Et si on parlait plutôt des petits oiseaux qui gazouillent ?

      Supprimer
  4. Mieux vaut penser au proverbe chinois qui dit de s'asseoir au bord de la rivière pour attendre que le cadavre de l'ennemi passe... ce qui doit bien inclure les professeurs de ce genre...

    RépondreSupprimer
  5. Et, nous les femmes, nous avons une tuyauterie supplémentaire. By By la pudeur !

    RépondreSupprimer
  6. Ah !!le toubib plein de suffisance et de morgue par ce qu'il a le savoir due à ses 7 ans d'études ..c'est grotesque et indécent comme tu le décris avec un humour acide, jeanmi. Toubib or not toubib ? je ne me pose même plus la question !

    Enfin ..ils ne sont pas tous comme celui que tu décris mais , pour les autres , oui : AH LES CONS !!

    RépondreSupprimer
  7. Le Goût a arrêté de voir un ponte à cause de sa morgue..

    RépondreSupprimer
  8. On a envie, dans ce cas, de ne rien dire sinon on passa pour impoli. Mais dans notre tête, la haine de voir comment on nous parle. Je te comprends. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer

Sans haine, sans intolérance.